Histoire infinie

La meute s'installe en sizaines, accueillant chaque fois un animateur. Celui-ci explique que le groupe va créer une histoire.

L'animateur démarre l'histoire. Les occasions spéciales peuvent faire de bons débuts. Par exemple : Halloween peut ouvrir une histoire à propos d’un chat noir errant dans une cour d’école.

Ensuite, chaque scout ajoute une phrase ou deux qui donne suite à ce qu’a dit la personne précédente.

Le jeu est terminé lorsque tout le monde a eu une chance (ou deux ou trois) de contribuer.

Variante : Chacun commence sa phrase avec le mot “Heureusement” ou “Malheureusement”, ce qui va amener un développement chanceux ou malheureux dans la ligne de l’histoire, en alternance. Par exemple :

  • L'animateur pourrait dire : « Malheureusement, quand l’homme a traversé la rue, il a marché sur une peau de banane. »
  • Scout 1 : « Heureusement, il n’est pas tombé quand il a marché sur la peau. »
  • Scout 2 : « Malheureusement, l’homme a patiné sur la peau de banane tout le long de la rue. »
  • Scout 3 : « Heureusement, il n’y avait pas de voitures dans la rue à ce moment-là. »
  • Scout 4 : « Malheureusement, l’homme s’est écrasé dans une vitrine le long du trottoir. »
  • Etc.

Description :

La meute s'installe en sizaines, accueillant chaque fois un animateur. Celui-ci explique que le groupe va créer une histoire.



L'animateur démarre l'histoire. Les occasions spéciales peuvent faire de bons débuts. Par exemple : Halloween peut ouvrir une histoire à propos d’un chat noir errant dans une cour d’école.



Ensuite, chaque scout ajoute une phrase ou deux qui donne suite à ce qu’a dit la personne précédente.



Le jeu est terminé lorsque tout le monde a eu une chance (ou deux ou trois) de contribuer.



Variante : Chacun commence sa phrase avec le mot “Heureusement” ou “Malheureusement”, ce qui va amener un développement chanceux ou malheureux dans la ligne de l’histoire, en alternance. Par exemple :



  • L'animateur pourrait dire : « Malheureusement, quand l’homme a traversé la rue, il a marché sur une peau de banane. »

  • Scout 1 : « Heureusement, il n’est pas tombé quand il a marché sur la peau. »

  • Scout 2 : « Malheureusement, l’homme a patiné sur la peau de banane tout le long de la rue. »

  • Scout 3 : « Heureusement, il n’y avait pas de voitures dans la rue à ce moment-là. »

  • Scout 4 : « Malheureusement, l’homme s’est écrasé dans une vitrine le long du trottoir. »

  • Etc.

Matériel :